ERASERHEAD

Dans la brume électrique

« Parfois les idées, comme les hommes, surgissent pour nous dire bonjour. Elles se présentent, ces idées, avec des mots. Sont-ce des mots ? Ces idées parlent d’une façon si étrange.
Tout ce que nous voyons dans ce monde s’inspire des idées de quelqu’un. Certaines idées sont destructrices. D’autres sont constructives. Certaines idées viennent parfois sous la forme d’un rêve.
Je peux le répéter. Certaines idées viennent parfois sous la forme d’un rêve. »

Introduction de la Dame à la Bûche, Twin Peaks, saison 1 épisode 2, 1990.

La pellicule est une matière impressionnable. Elle capte les grains de lumière, les capture dans ses cristaux, pour finalement se révéler, après avoir été trempée dans un liquide adéquat, dans la pleine expression de son mystère. Il se trouve que, placée entre les mains d’un génie de l’image, elle devient aussi une matière impressionnante. C’est le cas lorsqu’apparaît, teinté de Noir et de Blanc, saisi dans un halo de poussière, « Eraserhead », le titre d’un film-personnage envoûté par l’esprit de David Lynch, invitation à un voyage au bord du subconscient. Lire la suite

Les DUELLISTES

Guerre et épées

« Que dites-vous ?… C’est inutile ?… Je le sais !
Mais on ne se bat pas dans l’espoir du succès !
Non ! Non, c’est bien plus beau lorsque c’est inutile ! »

Edmond Rostand, Cyrano de Bergerac, acte V, scène 6, 1897.

Jeux de mains, jeux de vilains… dit-on. En effet, l’aristocrate au pugilat préfère de très loin l’élégance de l’épée lorsqu’il s’agit de laver un affront. Cela vaudra quelques beaux paragraphes de littérature, et de savoureuses séquences filmées lors desquelles ces messieurs ferraillent à qui mieux mieux. Ridley Scott n’avait semble-t-il aucun compte à régler lorsqu’il s’est emparé du « Duel » de Joseph Conrad pour en faire ses « Duellistes ». Le fait est qu’il transforme ce coup d’essai en véritable coup de maître, par son sens éblouissant de la lumière et de la mise en costume. Lire la suite

La Dernière VAGUE

Le passager de la pluie

the-last-wave-1

« Comment osez-vous ? Vous avez volé mes rêves et mon enfance avec vos paroles creuses. Je fais pourtant partie de ceux qui ont de la chance. Les gens souffrent, ils meurent. Des écosystèmes entiers s’effondrent, nous sommes au début d’une extinction de masse, et tout ce dont vous parlez, c’est d’argent, et des contes de fées de croissance économique éternelle ? Comment osez-vous ! »

Greta Thunberg, discours à l’ONU, 23 septembre 2019.

Faisons un rêve. Celui d’un très lointain désert, chaud, sec et enveloppant, superbement beau et formidablement menaçant. Le vent seul semble avoir droit de cité dans cet empire de steppes minéral. Figé dans la terre recuite qui se découpe sur l’horizon, ce paysage de collines semble être là pour l’éternité. En apparence, seulement. Il est des lumières inaccessibles à l’œil humain, et une prescience perceptible uniquement par certains. A l’heure où les punks à crête secouent les bijoux de la couronne et proclament le « No Future » en Angleterre, de l’autre côté du monde, l’Australien Peter Weir sent monter la catastrophe, entend gronder « la Dernière Vague », dans un bourdonnement terrifiant. Lire la suite

La GUERRE des ETOILES

Ainsi vint la Force

la-guerre-des-etoiles2

« J’ai fait la Guerre des Etoiles la peur au ventre. Je ne savais pas réellement où j’allais. »

George Lucas

« Non, n’essaie pas ! Fais-le, ou ne le fais pas ! Il n’y a pas d’essai. »

Yoda à Luke Skywalker in L’Empire contre-attaque, Irvin Kershner, 1980

Que peut-on bien trouver dans une galaxie lointaine, très lointaine ? « La Guerre des Etoiles » bien sûr ! La seule, l’unique, celle de Georges Lucas. Si vous cherchez votre salut auprès d’aliens et de droïdes, de rebelles et de tyrans, si vous êtes en quête d’héroïsme et de fantaisie, avide de science et de fiction, elle sera votre « Nouvel Espoir ». Il est l’épisode fondateur d’une saga interstellaire qui a fini par échapper à son créateur. En perpétuelle expansion, on n’a toujours pas atteint l’horizon de ses évènements. Lire la suite

Le juge FAYARD dit « le SHERIFF »

L’affaire est dans le SAC

fayard 1

 

« J’aime bien Boisset. Pas tellement parce que c’est un bon metteur en scène, mais parce que si tu lui mets un marron, il te le rend aussi sec. »

Patrick Dewaere

Yves Boisset renfile son par-dessus de journaliste d’investigation avant de tourner « Le Juge Fayard dit le Sheriff ». Cette transposition à peine maquillée de l’enquête menée quelques années plus tôt par le juge François Renaud (premier juge d’instruction à être abattu depuis la fin de l’Occupation) entend bien, à la manière d’un Francesco Rosi, pointer du doigt tous ceux qui ont fait « main basse sur la ville ». Lire la suite