Les DEMOISELLES de ROCHEFORT

Ouest Side Stories

les-demoiselles-de-rochefort2

« Un film léger parlant de choses graves vaut mieux qu’un film grave parlant de choses légères. »

Jacques Demy.

A Rochefort, c’est jour de fête. Les forains s’installent sur la place Colbert, l’égayent de festons et de rubans de couleur. Le centre-ville à la rigueur toute militaire s’est même pour l’occasion offert un ravalement de façade, maquillée aux teintes pastelles. Pas de facteur à bicyclette dans les environs mais ça gesticule et ça s’ébroue sous les fenêtres des « Demoiselles de Rochefort » de Jacques Demy. Plus de cinquante années ont passé, mais le temps ne semble pas avoir de prise sur ce moment de bonheur du musical français. Lire la suite

Publicités

MARIE-OCTOBRE

Les 10 salopards

marie-octobre-1

« A la Libération, le Comité d’épuration me convoqua. Je rencontrai Decoin dans un couloir. Il m’embrassa et me demanda, très étonné, ce que je faisais là. Je répondis que je n’en avais pas la moindre idée. « Mais c’est idiot, tu n’as rien à te reprocher. Rentre chez toi. Je m’occupe de ton dossier, si tu en as un. » Je suis repartie et je n’ai plus jamais entendu parler de rien. »

Danielle Darrieux, Danielle Darrieux : filmographie commentée par elle-même, Ramsay, 2003.

Vienne la nuit, sonne l’heure. Sur la route qui rejoint le domaine de la Chênaie, le gong lointain de Radio Londres, et quelques accords du Chant des Partisans se  font entendre, encore, à la nuit tombée, dans le brouillard de l’après-guerre. Ils seront neuf survivants à se retrouver, répondant à l’appel de « Marie-Octobre » tandis que, dissimulé derrière le paravent du décor, Julien Duvivier place ses pions sur l’échiquier du psychodrame. Lire la suite

MAUVAISE GRAINE

D.D. l’embrouille

mauvaise_graine-1

« Mauvaise Graine », film plein de culot qui mériterait d’être mieux connu, reste l’unique réalisation indépendante de Wilder. C’est, si l’on veut, son « Reservoir dogs ».

Cameron Crowe

Elle venait de fêter son siècle d’existence quand soudain elle a disparu. Lorsque Danielle, la musicienne de quatorze ans fut invitée au « Bal » du cinématographe, son merveilleux carrosse de succès plus jamais ne se transforma en citrouille, faisant d’elle la Darrieux, la plus pimpante des fiancées de Paris. Il lui suffit alors d’un sourire, d’une démarche chaloupée en lisière du Bois de Boulogne pour qu’elle alpague un riche monsieur à la Packard verte. Trop heureux de l’avoir attirée dans son bel attelage c’est en terrasse à Longchamp qu’il comptait bien conclure. Fort marri il se trouva pourtant puisque la belle plante s’avéra être sortie d’une « Mauvaise Graine » plantée par un  Billy Wilder déjà bien malicieux. Lire la suite

MADAME DE…

Initiales D.D.

madamede1

« Quelle sublime comédienne, regardez ce tendre mouvement de l’épaule ! Regardez ses yeux mi-fermés ! Et ce sourire… oui, son sourire qui ne sourit pas, mais qui pleure ! Ou qui fait pleurer… J’adore travailler avec elle ! Elle sait parfaitement s’imbiber de mes conceptions, comme une idéale éponge intellectuelle, pour les faire égoutter ou, s’il faut, les déverser dans les scènes à jouer, avec une précision de mathématicien… Je l’adore ! »

Max Ophuls

Le cercle est indubitablement un motif de prédilection chez Max Ophuls. Après l’anneau nuptial enfermant Barbara Bel Geddes dans « Caught », entre « la ronde » de Schnitzler et le cirque de « Lola Montès », il réalise son pénultième film, l’éblouissant « Madame de …» à partir du roman de la grainetière Louise de Vilmorin.

Lire la suite