La REVANCHE de la CREATURE

Marécages, nous voilà !

revenge-of-the-creature-2

« La mer n’appartient pas aux despotes. À sa surface, ils peuvent encore exercer des droits iniques, s’y battre, s’y dévorer, y transporter toutes les horreurs terrestres. Mais à trente pieds au-dessous de son niveau, leur pouvoir cesse, leur influence s’éteint, leur puissance disparaît ! »

Jules Verne, Vingt mille lieues sous les mers, chapitre X, 1870.

Guillermo del Toro nous rappelait récemment à travers « la forme de l’eau » qu’il est un genre d’étrange ondin qui hanterait les fonds vaseux des lagons amazoniens. Traqué par de vils humains toujours animés de curiosité malsaine, il se terre, montre les griffes mais a rarement le dessus. « La revanche de la Créature » de Jack Arnold promet pourtant une belle empoignade entre homo-sapiens et amphibien préhistorique, histoire de bien se mettre d’accord sur la question de l’espèce dominante. Lire la suite

La FORME de l’EAU

L’effet aquatique

la forme de l'eau1

« J’ai vu ce film (The Creature of the Black Lagoon) un dimanche après-midi à la télévision quand j’avais environ quatre ans, et le Gill-Man n’a pas cessé de me hanter depuis. »

Guillermo del Toro

Il y a des millions d’années, les premiers êtres vivants avaient des fonds marins fait leur royaume. Puis, l’être humain a émergé, et a dominé, quand d’autres ont préféré rester tapis, oubliés dans les profondeurs, et s’éteindre doucement. Peut-être. Car si on jette un œil au-delà des vagues, si on trouble le miroir de nos étendues d’eau, on pourrait distinguer quelques vestiges, apercevoir, comme l’a fait Guillermo del Toro, dans « la forme de l’eau », la trace de nos origines. Lire la suite