Le Petit Soldat (reprise)

Le chien errant

« C’est un personnage qui semble fatigué d’être jeune, qui a le charme de la jeunesse et en même temps, déjà, la lassitude et le désenchantement. J’avais l’impression que cette fatigue ne venait pas seulement du personnage mais de Michel. Ça m’a beaucoup séduite. Quand on s’est rencontrés sur « Beau Travail », quarante ans plus tard, ça a été un choc. Il venait avec ce passé, encore imprégné du rôle de Bruno Forestier, dont il se rappelait par cœur chaque réplique. Mais j’aurais du mal à en dire davantage : Michel est un type secret, toujours sur le qui-vive, qui a horreur de dépendre des autres et qui donne parfois l’impression d’avoir envie de se fuir. Sur le plateau de « L’Intrus », il a captivé tout le monde, mais personne n’a voulu percer son mystère. Michel Subor n’est pas le personnage de « L’Intrus », il est L’Intrus. »

Claire Denis, Le Monde, 03.05.2005.

Michel Subor, « Le Petit Soldat » de Jean-Luc Godard, « L’Etau » de Hitchcock ou « La bride sur le cou » de Vadim, et bien sûr « L’Intrus » pour Claire Denis, est parti errer sur d’autres terres le 17 janvier 2022.

Cléo de 5 à 7

Avec le temps

« Je dirai sans attendre que « Cléo de 5 à 7 » me paraît aussi important qu’ont pu l’être dans l’ordre du roman, « Mrs Dalloway » ou « la promenade au phare », Agnès Varda ou la Virginia Woolf du cinéma moderne. »

Jean-Louis Bory, ombre vive, éd. 10/18, 1973

Vivre, c’est une question de temps. Agnès Varda l’a vite compris, dès son deuxième film, elle joue contre la montre. « Cléo de 5 à 7 » c’est une heure et demie de la vie d’une femme, générique inclus. Le temps y est conté, chapitre après chapitre, il se synchronise à notre montre pour la chronique d’une mort annoncée. Peut-être. Lire la suite

Le PETIT SOLDAT

Ô Karina

le-petit-soldat1

« On finit toujours par ressembler un peu à ses rôles, ou alors ce sont les rôles qui finissent par vous ressembler, ça se peut aussi… »

Anna Karina

Elle a été Valérie, Veronica, Odile, Natacha et bien sûr Anna : maintes fois réincarnée, « toujours mystérieuse » dit Pierrot le Fou. Hanne Karin Bayer, devenue Anna Karina par la volonté de la fée Coco Chanel, s’en est allée, on ne sait où. Rejoindre son père, capitaine au long cours ? Sous le soleil, sous le soleil ? Souhaitons-le-lui. Elle refusa un rôle dans « A bout de souffle », c’était reculer pour mieux sauter, prendre de l’élan pour attraper le bras de Godard qui fut, quelques années durant, son « Petit soldat ». Lire la suite