Place Publique

Parlez-moi de la pluie…

« Voilà quelqu’un qui exprimait ce que je ressentais sans même me l’être formulé ; qui avait des réflexions qui me percutaient, me soulageaient, témoignaient de valeurs communes, d’un rapport au bien et au mal que je partageais, avec une conviction qui m’émerveillait car elle était si singulière. »

Agnès Jaoui interview dans Le Monde, 17 janvier 2021.

Depuis cette fin d’après-midi, on a tous en tête un air de Bacri. On est d’humeur grincheuse, un brin ronchon. Il y a de quoi puisque Jean-Pierre Bacri nous a laissés en plan, comme deux ronds de flan, abandonnés à nos soucis. On comptait bien sur lui pourtant, pour nous sortir de cette torpeur déprimante, pour réveiller le sens de la fête. Il avait la formule , savait nous faire rire de sa mauvaise humeur. Il avait en quelque sorte repris le créneau de Funès, les grimaces en moins. On se souvient de lui pestant après ce clébard de « Didier », offrant un collier de chien dans « un air de famille », s’escrimant à prononcer le « the » pour s’aligner sur « le goût des autres ». C’était le meilleur copain, et du caractère français, il connaissait la chanson, il s’en était même fait une marque de fabrique : « Jean-Pierre Bacri ne devenait pas un personnage, c’est le personnage qui devenait Jean-Pierre Bacri. Il avait la grâce et la grâce, ça ne s’explique pas. » disait ce soir sur les ondes son ami Jean-Michel Ribes. Travailler avec Bonitzer, écrire pour Resnais, ce n’est pas rien tout de même. Tout cela en étant imbattable sur la disco de Dr Dre ! Sacré Jean-Pierre, tu vas nous manquer.

Et pour retrouver les « Jacri » jetés en « Place Publique », c’est au bout de ce lien.

PLACE PUBLIQUE

Tout le monde en parle

place_publique_2

« Andy Warhol a eu à  la  fois  raison  et  tort : ce n’est pas un quart d’heure mais une minute de célébrité auquel tout le monde prétend aujourd’hui. Mais autrement, il a tout juste. »

Jean-Pierre Bacri

Dégoûté de la couleur, l’amer Bacri s’habille de sombre. Il a chaussé ses lunettes noires pour une nuit blanche vers laquelle le conduit son chauffeur dans sa belle cylindrée. Il va la passer en joyeuse compagnie, celle de la grande famille du show-biz où il a donné rendez-vous à son inséparable complice Agnès Jaoui. Juste une paire de demi-dieux qui connaissent la chanson, ils ont cette fois bien l’intention de l’entonner en « Place Publique », en un film choral, elle derrière la caméra et lui sous le postiche. Lire la suite