BOUDU sauvé des eaux

La Seine et le clochard

« Boudu, longtemps avant la lettre, annonçait le mouvement hippie. Que dis-je, Boudu était le hippie parfait. »

Jean Renoir, Ma vie et mes films, 1974.

« Et je me disais que peut-être ces clochards célestes m’apporteraient la lumière. »

Jack Kerouac, Les clochards célestes, 1958.

Il porte une barbe épaisse et une chevelure bouclée et abondante. Il mène une vie d’errance et de liberté, il n’est prophète que de lui-même, Diogène sans tonneau, Moïse sans loi. « Boudu sauvé des eaux » vu par Jean Renoir, c’est une satire irrévérencieuse, un plaidoyer pour une vie sans contrainte, une ode à Michel Simon. C’est aussi une comédie dont la causticité se défie de l’usure du temps. Il faut bien reconnaître qu’il aurait été dommage de le laisser couler au fond de la Seine. Lire la suite

La GRANDE ILLUSION

Lotte hat blaue Augen

« Je me leurrais sur la puissance du cinéma. « La Grande Illusion », malgré son succès, n’a pas arrêté la Deuxième Guerre mondiale. Mais je me dis que beaucoup de grandes illusions, beaucoup d’articles de journaux, de livres, de manifestations, peuvent avoir une influence. »

Jean Renoir, Ma vie et mes films, 1974.

« Tous les démocrates du monde devraient voir ce film. »

Franklin Delano Roosevelt.

« Lotte a les yeux bleus ». La petite fille est mignonne, la scène est émouvante, le cadre rassurant et chaleureux. C’est bientôt la Noël. L’harmonie entre les hommes, la concordance des langues, tout cela est possible, imaginable tout du moins sur un écran. Lotte a les yeux de la couleur du drapeau de l’union, celles des Européens, une idée qui n’existe alors que dans les rêves des humanistes les plus convaincus, des pacifistes les plus ambitieux. Elle est « la Grande Illusion » à laquelle s’accrochent Jean Renoir et Charles Spaak dans un film magnifique, essentiel à la construction d’une paix possible entre les hommes de bonne volonté. Lire la suite