ROGUE ONE : A Star Wars Story

 

Jedi, nous voilà

rogue-one01

En se déclarant garante du fond George Lucas, en faisant siens ses plans de conquête d’une galaxie lointaine, très lointaine, la maison Disney s’était donc engagée à entretenir la flamme de la vénération, à garantir la pérennité des traditionnelles processions annuelles à l’entrée des salles de cinéma. En marge de la fuite en avant entreprise par J.J. Abrams dans « le Réveil de la Force », il convenait de densifier l’œuvre originale en investissant ses zones d’ombres, en développant des ellipses jusqu’ici expédiées en quelques lignes sur le tapis résumé qu’on déroule traditionnellement à l’entrée de chaque épisode. « Des espions rebelles ont réussi à voler les plans secrets de l’arme ultime de l’Empire, l’Etoile de la mort, une station spatiale blindée avec assez d’énergie pour détruire une planète entière. » Il aura donc suffi d’une ligne de background de « la Guerre des Etoiles » (devenu dès 1981 « Un Nouvel Espoir » sur injonction de maître Lucas) pour rouvrir le grand livre de la saga et imaginer les aventures d’un commando baptisé « Rogue One ». Lire la suite

DOCTEUR STRANGE

 

Magical Mystery Tour

doctor-strange-2

Mais d’où sort-il celui-là ? Il faut dire qu’au sein de la galaxie Marvel, le « Docteur Strange » (sorte de Mandrake mixé avec Dracula mâtiné d’un peu d’Harry Potter avant l’heure) ne bénéficie pas de la même notoriété que, par exemple, les 4 Fantastiques ou encore « Spider-man ». Après avoir largué son tapis de blockbusters à tête nucléaire, rasé New York à coup d’« Avengers », la Maison des Idées doit racler les fonds de tiroir pour trouver de nouveaux héros à ajouter à sa collection de figurines. S’il n’est assurément pas le plus célèbre d’entre tous, le Docteur Strange est tout de même un des préférés du grand gourou Stan Lee, vieux gardien du temple qui, du haut de ses quatre-vingt-treize balais, semble encore beaucoup s’amuser à voir tous ses personnages s’agiter sur les écrans du monde entier. Lire la suite