BLACK PANTHER

Le royaume du chat

black-panther1

« Ces démêlés constants rendirent Chaka extrêmement adroit dans l’art de combattre le bâton à la main ; il savait parer les coups venant d’innombrables bâtons dirigés tous à la fois contre lui, et combattre tout en évitant le coup dirigé contre sa tête. Il y apprit aussi à courir très vite et à fuir avec une extrême vélocité. Il n’éprouvait dans ces luttes aucune peur quelconque, d’autant plus qu’il en avait maintenant l’habitude. Il sut courir sans perdre haleine, éviter les coups au moment voulu, se baisser et se courber à temps ou bondir de côté, sauter en l’air et revenir frapper à l’endroit sensible au bon moment. »

Thomas Mofolo, Chaka, 1925.

A l’approche des guerres infinies, le bestiaire Marvel s’agrandit. A l’occasion d’une fratricide confrontation, la maison aux idées en avait profité pour sortir de sa ménagerie ses toutes nouvelles prises : il y eut bien sûr d’abord la fameuse « araignée » qui fit le buzz sur la toile comme ailleurs, s’ajoutant à la « fourmi » qui se montrait tout à coup beaucoup plus grosse qu’elle n’en avait l’air. Et puis il y eut la « Black Panther », entité débauchée au cœur d’une brousse non répertoriée, félin monarque africain qui n’entendait suivre que son instinct pour châtier les assassins. La souris géante Disney s’est donc emparée du beau chat noir et a confié au réalisateur africain-américain Ryan Coogler le soin de le mettre en cage. Lire la suite

Publicités

THOR : Ragnarok

L’Asgardien de la galaxie

thor-1

« The Yellow-hair Hammer-fighter, Hulk will smash you like a flea ! »

Stan Lee in The Mighty Thor # 385, novembre 1987.

Il y a quelques années, la réalisatrice Lexi Alexander (dont le principal titre de gloire s’intitule « Punisher : war zone ») déclarait : « Marvel est devenu l’équivalent de Coca-Cola pour le cinéma. C’est un goût unique, inimitable. On sait très bien que ce n’est pas révolutionnaire, et que ça n’est sûrement pas bon pour la santé. Mais tout le monde aime se faire un Coca de temps en temps. » Au diable le régime sans sucre, la Maison aux Idées assume son surpoids en frappant le gong fatidique du « Thor : Ragnarok » que s’est follement amusé en mettre en boîte (ou en canette) un fantasque Maori nommé Taika Waititi. Lire la suite

SPIDER-MAN : Homecoming

Les folles journées de Peter Parker

spider-man-homecoming-1

Penny : Spider-man, get him Spider-man.

Sheldon : Amazing Spider-man, Ultimate Spider-man, Spectacular Spider-man, Marvel Adventures Spider-man, Spider-man 2099 ?

The Big Bang Theory, saison 2, épisode 20

L’arachnide domestique est décidément un animal bien difficile à écraser. Surgissant toujours au moment où l’on s’y attend le moins, il se faufile dans les recoins les plus inaccessibles. Et alors qu’on pense en être enfin débarrassé, il réapparaît un peu plus loin, toujours aussi fringant. Au cinéma, c’est un peu la même chose. Après avoir longtemps mariné dans les tiroirs obscurs d’Hollywood, l’homme-araignée a fini par tisser sa toile sur écran large et dans le cœur du grand public. Et après avoir fait ses mues dans un studio adoptif, le voici de retour au bercail pour un « Spider-Man : Homecoming » orchestré joyeusement par un dénommé Jon Watts. Lire la suite

The WOLVERINE : le combat de l’immortel

Nagasaki, mon amour

The Wolverine1

« — Mais pourquoi tomberait-il dans un piège ?

— Ce n’est pas tout à fait cela. Cela a trait à la nature humaine, voilà tout. Au fond, les gens ne sont pas forts, mais faibles. Et la solitude n’est pas leur état naturel, surtout quand s’y ajoute le fait d’être entouré d’ennemis et cernés de sabres. »

Eiji Yoshikawa, La Pierre et le Sabre, 1935

On l’a d’abord cru définitivement grillé. Empoisonné par les lubies de producteurs peu scrupuleux puis enterré vivant par un Gavin Hood contemplant ses restes pourrissants dans la fosse commune des nanars super-héroïques. Mais tout lecteur de Marvel sait bien que « Wolverine » est indestructible, toujours debout pour mener « le combat de l’immortel ». Pour son retour en solo, Hugh Jackman s’était forgé un corps d’adamantium, preuve qu’à cette renaissance, il croyait dur comme le métal chromé qui recouvre son squelette. Il s’en remettait alors au bon vouloir d’un cinéaste digne de ce nom : James Mangold. Lire la suite

LOGAN

Serval

logan1

« SNIKT ! »

Mark Millar in « Wolverine 71 », 2003

Voilà des siècles que les fusils terrorisent les pauvres fermiers installés dans les vallées perdues. Seront-ils sauvés par la venue d’un homme providentiel surgi d’une chanson de Johnny Cash ? Le « Logan » envoyé par James Mangold n’est pas ce « Pale rider », encore moins un ange libérateur, il n’est qu’un rempart, un passeur, le garant d’une génération qui porte encore un peu d’espoir. Lire la suite

DOCTEUR STRANGE

 

Magical Mystery Tour

doctor-strange-2

Mais d’où sort-il celui-là ? Il faut dire qu’au sein de la galaxie Marvel, le « Docteur Strange » (sorte de Mandrake mixé avec Dracula mâtiné d’un peu d’Harry Potter avant l’heure) ne bénéficie pas de la même notoriété que, par exemple, les 4 Fantastiques ou encore « Spider-man ». Après avoir largué son tapis de blockbusters à tête nucléaire, rasé New York à coup d’« Avengers », la Maison des Idées doit racler les fonds de tiroir pour trouver de nouveaux héros à ajouter à sa collection de figurines. S’il n’est assurément pas le plus célèbre d’entre tous, le Docteur Strange est tout de même un des préférés du grand gourou Stan Lee, vieux gardien du temple qui, du haut de ses quatre-vingt-treize balais, semble encore beaucoup s’amuser à voir tous ses personnages s’agiter sur les écrans du monde entier. Lire la suite

ANT-MAN

Des fourmis et un homme

ant-man

D’après Edgar Wright, la Marvel et lui étaient comme deux personnes « pas faites pour être ensemble ». C’est donc officiellement parce qu’ils avaient des « points de vue divergents sur le film » que le réalisateur de « Shaun of the dead » et « la fourmilière aux idées » se sont dit adieu après avoir convolé ensemble pendant de longues années et accouché d’une bonne partie de « Ant-Man ». Même si la réalisation est bel et bien signée Peyton Reed (qui fit le « Yes Man » pour Jim Carrey), la touche d’espièglerie du Britannique a-t-elle totalement disparu dans les abysses de la Marv-hell ? Il faut croire que non puisque son nom s’inscrit encore crânement au générique en tant que scénariste (avec son vieux complice Joe Cornish) et producteur exécutif. Lire la suite