La LOI de TEHERAN

Jusqu’à la corde

« Chaque jour, ce sont plus de 10 tonnes de drogue qui sont consommées en Iran !
Comment se fait-il qu’il y ait de plus en plus de toxicomanes, malgré toutes les condamnations à mort et les peines à perpétuité ?
Comment se fait-il que la police ne puisse pas arrêter tous les parrains de la drogue une fois pour toutes ?
Comment se fait-il que n’importe qui puisse se procurer de la drogue n’importe où et en moins de 3 minutes ? »

Saeed Roustaee

Juste Six et demi. C’est le prix en tomans d’un mètre carré de drap noir pour faire un linceul décent aux défunts iraniens. C’est aussi l’autre titre de « La Loi de Téhéran », le second film de Saeed Roustaee, un de ces polars noirs qui sentent la mort et le malheur des gens. La détresse sociale frappe là-bas si rudement la population que le marché des stupéfiants prend de l’ampleur, le crack est désormais à portée de toutes les bourses. Il faut bien s’évader quand la vie est cruelle. Roustaee dresse un portrait de société en forme de rapport de police, un appel au secours dirigé vers le reste du monde, un de ceux qu’on aurait laissé en évidence sur un coin de bureau. Lire la suite